Le dulcimer qui nous intéresse ici est l'instrument traditionnel joué de façon traditionnelle en formant les notes au noteur sur la ou les corde(s) mélodique(s) (chanterelle(s)) et en faisant sonner les bourdons. On ne trouvera donc pas beaucoup sur le dulcimer moderne c'est-à-dire fretté sous l'ensemble des cordes et joué principalement en (suite d') accords.

DULCIMER (USA)

Des ouvrages de référence :

Introduction

La région historique du dulcimer aux USA est celle de la partie de la chaîne de montagnes des Appalaches qui s'étend au Sud de New-York vers le Sud-Ouest, parrallélement à la côte Est, et qui couvre des parties des états de l'Alabama, de la Georgie, du Kentucky, du Maryland, du Mississipi, de l'état de New-York, de la Caroline du Nord, de l'Ohio, de la Pennsylvanie, de la Caroline du Sud, du Tenessee, de la Virginie, et l'ensemble de l'état de Virginie-Occidentale.

Les instruments anciens originaires du Sud des Appalches se présentent sous une multitude de formes différentes.

Certains, représentant probablement le type le plus ancien, ont des éclisses droites et une touche formée d'agraphes ou frettes fichées directement dans la table ou sur une touche de quelques millimètres d'épaisseur. Certains peuvent présenter une éclisse extérieure courbe formant un renflement sur le côté externe de l'instrument. Ce type d'instruments (a, b, c, d, e, f sur la figure), fabriqués et retrouvés en grande majorité en Pennsylvanie (et pour quelques-uns en Virginie, Virginie-Occidentale, Kentucky et Ohio), ressemblent pourtant très fortement aux instruments anciens de type Scheitholt, Kratzzither et kobza que l'on peut trouver respectivement en Allemagne (Bavière), Autriche et Tchéquie entre autres.

D'autres (g, h, i, j, k) semblent représenter les résultats d'essais d'amélioration de l'instrument d'origine, et peuvent constituer des états intermédiaires témoignant de l'évolution de l'instrument originel vers le dulcimer actuel. 

Un type d'instrument particulier (type l sur la figure), désigné parfois (mais cette appellation est moderne) "Tennessee Music Box". Ce type se retrouve effectivement au Tennessee, mais aussi en Alabama, en Caroline du Nord, en Virgine et dans le Kentucky).

Les instruments à double-renflements ("double bout", instruments de type p, q et r) se retrouvent majoritairement dans le Kentucky, en Virginie-Occidentale et en Ohio), alors que les instruments à simple renflement ("single bout", du type m, n et o) se retrouvent plutôt en Virginie, Caroline du Nord et Tennessee.

Éléments d'histoire

L'histoire du dulcimer aux USA semble être étroitement liée à la venue en masse en Pennsylvanie, dans la première moitié du XVIIIème siècle, d'émigrants anabaptistes (dont les mennonites) venus de Moravie et de Bohème (actuelle Tchéquie) via l'Allemagne et les Pays-Bas. Le dulcimer américain a d'abord été la simple "kobza" tchèque ou un instrument de type "noordsche balk" ou "Scheitholt". La ressemblance entre les instruments européens et les instruments anciens fabriqués et retrouvés en Pennsylvanie aux USA est en effet frappante. Pour simplifier et pour être en phase avec l'historien du dulcimer américain Ralph Lee Smith (voir ses livres en bibliographie), on appelera ici "Scheitholt" ce type d'instrument, en référence directe au terme utilisé par Praetorius en 1619.

La cithare tchèque "kobza" - "copsa" - illustration d'un ouvrage de Johann Rudolf Sporck publié à Prague en 1740 .

Cithares de type "kobza" provenant des montagnes de Freiberg en Allemagne (Saxe), zone frontalière de la Tchéquie. Photo Wilfried Ulrich, repris de son ouvrage "Die Hummel", 2011. Conservées au Stadt- und Bergbaumuseum de Freiberg, numéros d'inventaire 77/390, 77/391 et 77/389.

"Dulcimer" de type "German zither" fabriqué et retrouvé en Pennsylvannie, datant d'entre 1835 et 1865, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1985.0861.03, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" retrouvé en Virginie, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1993.0569.11, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" fabriqué et retrouvé en Ohio, datant d'entre 1885 et 1890 ,conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.03, voir ici.

Ce sont des cithares de ce type qu'Henry C. Mercer, qui les appelle "German Zithers", a rencontrées en Pennsylvanie (Bucks County, Doylestone - voir illustration ci-dessous) au tout début du XXème siècle et auxquelles il a consacré une petite étude en 1923 (qu'on peut lire ici).

Ci-dessous, un instrument de 1788 fabriqué et retrouvé en Pennsylvanie (Schaefferstown, Heidelberg Township, Dauphin (aujourd'hui Lebanon) County), l'inscription sur l'éclisse dit : “Das Hertze mein, Soll dir Allein, Ergeben sein, Amen das werde Wahr, wir wollen Singen und Spihlen Ein gantzes jahr / Heydelberg Daunschip Dauphin Caunty 27 Den feberwari SAMUEL ACHE 1788”; voir ici).

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Instrument F, deuxième en partant de la droite sur la photo en noir et blanc.

"Dulcimer" de type "German zither" avec renflement sur le côté externe, retrouvé en Ohio, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.04, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" avec renflement sur le côté externe, retrouvé en Ohio, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1993.0569.02, voir ici.

Origine européenne - forme "primitive" : le Scheitholt

Chevilles métalliques de type piano / cithare

Les colons d'origine tchèque, allemande et néerlandaise vont donc s'installer aux alentours au tout début du XVIIIème siècle d'abord en Pennsylvanie, puis vont migrer vers le Sud-Ouest, en suivant la vallée de Shenandoah dans l'actuelle Virginie-Occidentale. Ils y seront rejoints dans la seconde moitié du XVIIIème siècle par des colons d'origines irlandaise et écossaise, qui vont bientôt les surpasser en nombre. Selon Ralph Lee Smith, c'est peut-être la rencontre des premiers colons germano-tchéco-hollandais avec leur petite cithare sur laquelle ils jouent semble-t-il principalement des hymnes religieux lents et des nouveaux colons irlando-écossais avec leur "fiddle" (violon) et leur répertoire de danse au tempi rapides qui va être déterminante dans l'évolution organologique de la petite cithare (Scheitholt) jusqu'au dulcimer tel qu'on le connaît aujourd'hui.

Dans son livre "The story of the dulcimer" (1986), l'historien du dulcimer Ralph Lee Smith expose plusieurs pistes possibles pour expliquer cette transformation organologique du Scheitholt en dulcimer. Il va de soi que ces pistes possibles, résumées ci-après, sont des simplifications qui püermettent de fixer les idées, et que la réalité des choses a nécessairement du être beaucoup plus complexe et moins "linéaire". Si il est certain que le Scheitholt est bien l'ancêtre du dulcimer actuel, l'évolution organologique de l'un a l'autre a sans doute été beaucoup plus "buissonante" que linéaire dans l'espace et le temps : il s'agit donc vraissemblablement du résultat de nombreux essais plus ou moins fructueux ou décevants, de nombreuses idées retenues et mises en oeuvre ou abandonnées, de la part de nombreux individus isolés actifs dans des lieux géographiques et des temps différents.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

"Dulcimer" avec touche creuse surélevée et pourvues d'ouïes, probablement originaire du Kentucky, voir ici.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Ébauche de dulcimer avec surélevée et pourvues d'ouïes, conservée au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 2015.0934.03, voir ici.

Dulcimer retrouvé en Ohio, ancienne collection de Ralph et Shizuko Smith, photos de Gary Putnam, reprise du livre de Ralph Lee Smith, "The story of the dulcimer", Crying Creek publishers, 1986.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

"Dulcimer" avec touche creuse surélevée et pourvues d'ouïes, originaire de Virginie, Collection Roddy Moore, photo Dwight A. Hayes, reprise du livre de Ralph Lee Smith, "The story of the dulcimer", Crying Creek publishers, 1986.

Évolution en étapes multiples avec des instruments "de transition"

Certains instruments anciens retrouvés dans les Appalöaches pourraient bien témoigner de cette évolution organologique : la touche frettée se différencie de la table de l'instrument et s'épaissit, s'élève, et devient un élément bien différencié du reste de l'instrument creux (et pourvu d'ouïes) ou plein (et donc sans ouïe), placé sur l'instrument d'origine, qui lui s'élargit de chaque côté, pour former une véritable caisse de résonance permettant plus de volume sonore et qui,, en plus, stabilise l'instrument pendant le jeu. Le chevillier reste dans le prolongement de la partie basse de l'instrument.

Il est frappant de constater que la quasi totalité des instruments les plus anciens ("primitifs" et "de transition") sont tous pourvus de chevilles en métal fichées dans le chevillier à la verticale alors que les instruments plus tardifs sont, au contraire, tous pourvus de chevilles en bois du type de celles utilisées pour le violon. La rencontre de la cithare des colons germano-tchèques avec le violon ("fiddle") des colons irlando-écossais est peut-être la raison de cette transformation du chevillier de l'instrument.

Une première piste possible

Dulcimer retrouvé en Virginie de l'Ouest, touche surélevée sans ouïe, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.29, voir ici.

Dulcimer retrouvé en Virginie de l'Ouest, touche surélevée avec petites ouïes circulaires, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.14, voir ici.

Dulcimer probablement de Virginie, touche surélevée avec ouïes, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.11, voir ici.

Certains autres instruments anciens retrouvés illustrent la "montée" du chevillier pour devenir solidaire de la touche surélevée. Ces instruments montrent aussi le changement de mécanismes : les chevilles métalliques horizontales sont remplacées par des chevilles en bois de type de celles qu'on utilise pour les violons.

Dulcimer probablement originaire de Virginie, touche surélevée avec petites ouïes circulaires, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.08, voir ici.

Chevilles en bois de type violon

Dulcimer fabriqué et retrouvé en Virginie-Occidentale, vers 1848-1855, touche surélevée pleine avec évidement, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire MI.67.012, voir ici.

Dulcimer fabriqué et retrouvé en Virginie, vers 1894-1895, touche surélevée plein en "pont" avec évidement, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire MI.095814, voir ici.

Dulcimer ancien avec touche surélevée en "pont" avec évidement, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.28, voir ici.

F. M. Waits tenant son dulcimer; 1929 - Frankfort, Kentucky (Kentucky Historical Society)

Photos reprises du livre de Ralph Lee Smith , "Appalachian Dulcimer Traditions", American Folk Music and Musicians, No. 2, The Scarecrow Press, Inc., 1ère édition de 1997 et 2ème édition de 2010.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Toutes les photos en couleur sont reprises du site du luthier américain Daniel D. Betsill (betsill workshop) ici.

Recherchant toutes les pistes possibles pouvant expliquer l'évolution de l'instrument de type "Scheitholt" en dulcimer, l'historien du dulcimer Ralph Lee Smith évoque également l'hypothèse de la simple idée qu'aurait pu avoir un colon de solidariser le Scheitholt à une caisse de résonnance. Dans ce nouvel instrument, le "Scheitholt" perd alors son identité propre et devient la touche suréleve, centrée (et munie du chevillier) d'un nouvel instrument : le dulcimer.

Les deux instruments ci-dessous pourraient illustrer cette hypothèse d'évolution organologique en une étape unique.

Évolution en une seule étape : le Scheitholt est placé sur une caisse de résonance

Une autre piste possible

Dulcimer avec touche creuse surélevée et pourvues d'ouïes, originaire d'Indiana, Collection du Indiana Stzate Museum, Indianapolios. Photos reprises du livre de Ralph Lee Smith, "The story of the dulcimer", Crying Creek publishers, 1986.

L'idée de fixer un Scheitholt sur une caisse de résonnance pour améliorer la puissance de l'instrument est assez logique, on la retrouve d'ailleurs la même idée évolutive en Europe par exemple en Suède pour le Hummel et dans le Nord e la France et en Belgique pour l'épinette et le hommel. Voir les quelques exemples ci-dessous.

Épinette Coupleux, vers 1910. Coll. JF Mazet

Épinette belge? Début du XXème siècle. Coll. JF Mazet

Hummel suédois ancien. Instrument conservé au Scenkonstmuseum de Stockholm (photo Sykfont).

Dulcimer ancien de type sablier ("hourglass"). National Museum of American History (Smithsonian),  Washington DC, numéro d'inventaire 1993.569.04, voir ici.

Dulcimer ancien de type lozange. National Museum of American History (Smithsonian),  Washington DC, numéro d'inventaire 1996.276.16, voir ici.

Dulcimer de 1952 de type goutte d'eau ("tear drop"). National Museum of American History (Smithsonian),  Washington DC, numéro d'inventaire 2015.0234.01, voir ici.

Quelques dulcimers anciens de formes typiques représentant l'instrument en fin d'évolution

Deux dulcimers de type "Tennessee music box", voir ici.

Photos de détails (David Benett) reprise du blog "North Alabama Heritage Dulcimer Association, voir ici.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Lawrence Gamble, 1959 - La collection d'Ellis Truett Jr. - Le collectionneur David Schnaufer, voir ici.

Un dulcimer particulier : la Tennessee Music box

Madame Leah Smith, Big Laurel, Kentucky (USA), vers 1920, photo Evelyn K. Wells (tiré de l'album d'Ethel Wright - Pine Mountain Settlement School))

Inconnu, (USA), vers 1960, Photo J. Scott Odell

Jacob et Daniel Melton vers 1960, Photo J. Scott Odell

Documentaire (6 minutes 30 secondes) de 1973 sur le fabricant de dulcimer Ed Presnell (né en 1917). Voir ici.

Deux chanteuses traditionnelles des Appalaches filmées en 1973, Buna Hicks (née en 1888) et Bertha Baird (née en 1880), la première est aussi joueuse de dulcimer. Voir ici.

Quelques musiciens traditionnels

Mattie Crownover avec une "Tennessee music box" - détail d'une photographie de groupe de 1894, source ici.

Le joueur Stanley Hicks, ici.

Photo du Courier-Journal du 7 mai 1911, source ici.

Isaac Daniel Stamper (1907-1986)du Kentucky joue et chante Darlin' Corey, voir la vidéo ici.

J. Edward Thomas, “Uncle Ed,” 1850-1933, Kentucky.

George Allen Johnson, Blackwater Creek, limite des états de Virginie et du Tennessee

Effie Wilson (1903-1986) et Adina Wilson, Kentucky. Source ici.

Quelques figures historiques du revival du dulcimer aux USA

John Jacob Niles

1892-1980

Life Magazine, numéro du 6 septembre 1943. Voir ici.

John Jacob Niles découvre les traditions musicales des Appalaches et le dulcimer dans les années 1910. Après la première guerre mondiale, il va collecter de nombreuses ballades de tradition orale dans cette région et commence à construire de grands duclimers. Il en jouera toute sa vie principalement pour accompagner les ballades qu'il chante, dans un style particulier, avec une voix très aiguë, à la façon d'un contreténor. Il a enregistré plusieurs disques et s'est produit un peu partout aux États-Unis et en Europe. Il sera l'une des influences précoces du jeune Bob Dylan.

Photographies de Doris Ulmann, vers 1930.

Diverses photographies de John Jacob Niles avec différents dulcimers de sa fabrication, auteurs inconnus.

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Une vidéo ici

Une autre vidéo ici

Un disque de réédition des disques précédents de John Jacob Niles sorti en 1964 chez Folkways. Voir ici.

Photo Tom Pitch

Jean Ritchie

1922-2015

Une vidéo du show télévisé de Pete Seeger en 1965 dans laquelle on voit bien la technique de jeu de Jean Ritchie. ici

Le fameux livre sur le dulcimer, la première édition date de 1963.

Un documentaire complet de 1995 sur Jean Ritchie. ici

Jean Ritchie enregistre un disque pédagogique sur le dulcimer. Le disque sort en 1964 chez Folkways. Voir ici.

Richard Fariña

1937-1966

Richard Fariña et Mimi Fariña (Baez)en 1965 (photo John Byrne Cooke Estate)

Richard Fariña et Mimi Fariña au show télévisé de Pete Seeger en 1966, voir ici

Joni Mitchell

née en 1943

Joni Mitchell en concert à Londres en 1970, voir ici

Joni Mitchell en 1970, photo Henry Diltz

Bibliographie pour cette section

Un blog en français (qui semble malheureusement inactif depuis juilllet 2021) avec une vingtaine d'articles très bien faits ici

De nombreux instruments visibles au Smithsonian ici

La "Tenesse music box"... voir ici

Un autre article très intéresssant ici

Smith, L. Allen : "A Catalogue of Pre-Revival Appalachian Dulcimers", University of Missourti Press, Columbia & London, 1983, 128 pages.

Smith, Ralph Lee : "The Story of the Dulcimer", Crying Creek Publishers, Cosby, Tennesse, 1986, 90 pages.

Smith, Ralph Lee : "Appalachian Dulcimer Traditions", American Folk Music and Musicians, No. 2, The Scarecrow Press, Inc., Lanham, Maryland, and London, 1997, 167 pages.

Ritchie, Jean : "The Dulcimer Book", Oak Publications, New-York, 1974, 45 pages.

Alvey, Gerald, R. : "Dulcimer maker : The Craft of Homer Ledford", The University Press of Kentucky, 1984 et 2003, 215 pages.

Le blog incontournable sur le dulcimer "Friends of the Mountain Dulcimerici

Un autre blog intéressant sur le dulcimer "North Alabama Heritage Dulcimer Associationici

D'autres instruments intéressants sur le site du Loyal Jones Appalachian Center à Berea College ici

Moore, Roddy et Webb, Vaughan : "The Virginia Dulcimer", The Magazine Antiques, 16 juillet 2013, article en ligne ici

Cliquer sur la photo d'un des dulcimers ci-dessous pour accéder à un galerie de photographies de détails du dulcimer choisi.

Photos (de détails) de trois dulcimers issus du revival!

On pourra en voir beaucoup d'autres - anciens ceux-là - dans le livre de L. Allen Smith ICI et au National Museum of American History (Smithsonian museum) ICI

On pourra en voir aussi quelques beaux specimen anciens et plus moderne ICI

Dulcimer "teardrop"

non signé, probablement fabriqué par Folkcraft (Vermont, USA) fin des années 1970 ou début années 1980

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Dulcimer "hourglass" James Trussart

Innstrument appartenant à Emmanuelle Parrenin

1973

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Dulcimer de concert

fabriqué par Armin Dreier (Schondorf, Allemagne) pour le DulcimerStore (dulcimerstore.de), 2019

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran