Le dulcimer qui nous intéresse ici est l'instrument traditionnel joué de façon traditionnelle en formant les notes au noteur sur la ou les corde(s) mélodique(s) (chanterelle(s)) et en faisant sonner les bourdons. On ne trouvera donc pas beaucoup sur le dulcimer moderne c'est-à-dire fretté sous l'ensemble des cordes et joué principalement en (suite d') accords.

DULCIMER (USA)

Des ouvrages de référence :

Introduction

La région historique du dulcimer aux USA est celle de la partie de la chaîne de montagnes des Appalaches qui s'étend au Sud de New-York vers le Sud-Ouest, parrallélement à la côte Est, et qui couvre des parties des états de l'Alabama, de la Georgie, du Kentucky, du Maryland, du Mississipi, de l'état de New-York, de la Caroline du Nord, de l'Ohio, de la Pennsylvanie, de la Caroline du Sud, du Tenessee, de la Virginie, et l'ensemble de l'état de Virginie-Occidentale.

Les instruments anciens originaires du Sud des Appalches se présentent sous une multitude de formes différentes.

Certains, représentant probablement le type le plus ancien, ont des éclisses droites et une touche formée d'agraphes ou frettes fichées directement dans la table ou sur une touche de quelques millimètres d'épaisseur. Certains peuvent présenter une éclisse extérieure courbe formant un renflement sur le côté externe de l'instrument. Ce type d'instruments (a, b, c, d, e, f sur la figure), fabriqués et retrouvés en grande majorité en Pennsylvanie (et pour quelques-uns en Virginie, Virginie-Occidentale, Kentucky et Ohio), ressemblent pourtant très fortement aux instruments anciens de type Scheitholt, Kratzzither et kobza que l'on peut trouver respectivement en Allemagne (Bavière), Autriche et Tchéquie entre autres.

D'autres (g, h, i, j, k) semblent représenter les résultats d'essais d'amélioration de l'instrument d'origine, et peuvent constituer des états intermédiaires témoignant de l'évolution de l'instrument originel vers le dulcimer actuel. 

Un type d'instrument particulier (type l sur la figure), désigné parfois (mais cette appellation est moderne) "Tennessee Music Box". Ce type se retrouve effectivement au Tennessee, mais aussi en Alabama, en Caroline du Nord, en Virgine et dans le Kentucky).

Les instruments à double-renflements ("double bout", instruments de type p, q et r) se retrouvent majoritairement dans le Kentucky, en Virginie-Occidentale et en Ohio), alors que les instruments à simple renflement ("single bout", du type m, n et o) se retrouvent plutôt en Virginie, Caroline du Nord et Tennessee.

Éléments d'histoire

L'histoire du dulcimer aux USA semble être étroitement liée à la venue en masse en Pennsylvanie, dans la première moitié du XVIIIème siècle, d'émigrants anabaptistes (dont les mennonites) venus de Moravie et de Bohème (actuelle Tchéquie) via l'Allemagne et les Pays-Bas. Le dulcimer américain a d'abord été la simple "kobza" tchèque ou un instrument de type "noordsche balk" ou "Scheitholt". La ressemblance entre les instruments européens et les instruments anciens fabriqués et retrouvés en Pennsylvanie aux USA est en effet frappante. Pour simplifier et pour être en phase avec l'historien du dulcimer américain Ralph Lee Smith (voir ses livres en bibliographie), on appelera ici "Scheitholt" ce type d'instrument, en référence directe au terme utilisé par Praetorius en 1619.

La cithare tchèque "kobza" - "copsa" - illustration d'un ouvrage de Johann Rudolf Sporck publié à Prague en 1740 .

Cithares de type "kobza" provenant des montagnes de Freiberg en Allemagne (Saxe), zone frontalière de la Tchéquie. Photo Wilfried Ulrich, repris de son ouvrage "Die Hummel", 2011. Conservées au Stadt- und Bergbaumuseum de Freiberg, numéros d'inventaire 77/390, 77/391 et 77/389.

"Dulcimer" de type "German zither" fabriqué et retrouvé en Pennsylvannie, datant d'entre 1835 et 1865, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1985.0861.03, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" retrouvé en Virginie, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1993.0569.11, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" fabriqué et retrouvé en Ohio, datant d'entre 1885 et 1890 ,conservé au National Museum of American History (Smithsonian) à Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.03, voir ici.

Ce sont des cithares de ce type qu'Henry C. Mercer, qui les appelle "German Zithers", a rencontrées en Pennsylvanie (Bucks County, Doylestone - voir illustration ci-dessous) au tout début du XXème siècle et auxquelles il a consacré une petite étude en 1923 (qu'on peut lire ici).

Ci-dessous, un instrument de 1788 fabriqué et retrouvé en Pennsylvanie (Schaefferstown, Heidelberg Township, Dauphin (aujourd'hui Lebanon) County), l'inscription sur l'éclisse dit : “Das Hertze mein, Soll dir Allein, Ergeben sein, Amen das werde Wahr, wir wollen Singen und Spihlen Ein gantzes jahr / Heydelberg Daunschip Dauphin Caunty 27 Den feberwari SAMUEL ACHE 1788”; voir ici).

cliquer sur la première image de la galerie pour visualiser en diaporama plein-écran

Instrument F, deuxième en partant de la droite sur la photo en noir et blanc.

"Dulcimer" de type "German zither" avec renflement sur le côté externe, retrouvé en Ohio, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1996.0276.04, voir ici.

"Dulcimer" de type "German zither" avec renflement sur le côté externe, retrouvé en Ohio, conservé au National Museum of American History (Smithsonian) Washington DC, numéro d'inventaire 1993.0569.02, voir ici.

Origine européenne - forme "primitive" : le Scheitholt

Chevilles métalliques de type piano / cithare

Les colons d'origine tchèque, allemande et néerlandaise vont donc s'installer aux alentours au tout début du XVIIIème siècle d'abord en Pennsylvanie, puis vont migrer vers le Sud-Ouest, en suivant la vallée de Shenandoah dans l'actuelle Virginie-Occidentale. Ils y seront rejoints dans la seconde moitié du XVIIIème siècle par des colons d'origines irlandaise et écossaise, qui vont bientôt les surpasser en nombre. Selon Ralph Lee Smith, c'est peut-être la rencontre des premiers colons germano-tchéco-hollandais avec leur petite cithare sur laquelle ils jouent semble-t-il principalement des hymnes religieux lents et des nouveaux colons irlando-écossais avec leur "fiddle" (violon) et leur répertoire de danse au tempi rapides qui va être déterminante dans l'évolution organologique de la petite cithare (Scheitholt) jusqu'au dulcimer tel qu'on le connaît aujourd'hui.

Dans son livre "The story of the dulcimer" (1986), l'historien du dulcimer Ralph Lee Smith expose plusieurs pistes possibles pour expliquer cette transformation organologique du Scheitholt en dulcimer. Il va de soi que ces pistes possibles, résumées ci-après, sont des simplifications qui püermettent de fixer les idées, et que la réalité des choses a nécessairement du être beaucoup plus complexe et moins "linéaire". Si il est certain que le Scheitholt est bien l'ancêtre du dulcimer actuel, l'évolution organologique de l'un a l'autre a sans doute été beaucoup plus "buissonante" que linéaire dans l'espace et le temps : il s'agit donc vraissemblablement du résultat de nombreux essais plus ou moins fructueux ou décevants, de nombreuses idées retenues et mises en oeuvre ou abandonnées, de la part de nombreux individus isolés actifs dans des lieux géographiques et des temps différents.